27 mai 2019

Un nouvelle installation en Ile de France : une paysanne pour cultiver des plantes à tisanes et aromatiques en partenariat AMAP !

Aline a commencé sa reconversion professionnelle il y a 7 ans. Cette réorientation a débuté avec des stages et du bénévolat dans différentes fermes en France et à l’étranger pendant trois ans. En revenant, Aline décide de se former à la production des Ppam (Plantes à Parfum Aromatiques et Médicinales) en Agriculture biologique et intègre le BPREA de Montmorot à l’automne 2015. Elle s’est installée il y a un an à Gometz-Le-Châtel en couvée en autonomie avec les Champs des Possibles, avec l’appui de Sylvie Guillot de la ferme Sapousse (91) comme tutrice !

Le rythme d'une première année d'installation

Aline a fait le choix de s’installer en double activité. A la suite de diverses formations courtes, notamment Paysan Demain, il lui paraissait clair qu’elle n’avait pas envie de quitter totalement son métier de journaliste scientifique mais plutôt de faire en sorte que ses métiers soient en symbiose et se nourrissent l’un l’autre. Le choix a donc été de s’installer en mi-temps sur son activité de paysanne et de conserver son activité de journalisme.
Aline a signé son bail agricole il y a un an, en juin 2018. Le terrain fait environ 1.4 hectares cultivables. Depuis les choses sont allées très vite, mais en trouvant Aline dans les champs en ce jour ensoleillé de mai, elle ne me cache pas sa joie de planter enfin ses verveines et ses camomilles sur ses planches de cultures.
Pour sa première année, Aline a fait le choix de cultiver 600 m2. Le terrain était en friche depuis trente ans, plusieurs passages du canadien et un affinage au vibroculteur ont permis de casser la prairie et de préparer le sol avant de réaliser les plantations.
Cet hiver, plusieurs chantiers : Le montage et bâchage d’un tunnel d’occasion (25x6m en différents chantiers participatifs avec les paysans et paysannes voisin.e.s), la mise en place de l’irrigation, le coulage de dalles pour accueillir les locaux techniques...

Aline insiste sur le soutien des personnes qui l’entourent : famille, amis, collègues, communauté de communes, mairie… Cela se traduit sous forme de coup de main, de soutien moral et d’aide financière. Aline se sent également chanceuse d’avoir pu trouver ce terrain en bordure de forêt et très proche de son lieu d’habitation. Un autre chantier d’hiver : l’auto-construction de son séchoir avec une équipe de paysan.ne.s et de porteur.se.s de projet, dans le cadre d’une formation organisée par Abiosol.

Quelles difficultés pour cette première année ?

L’un des points négatifs de l’année écoulée : la mise en place de l’eau et de l’électricité. Cela a été plus complexe et plus long que prévu, et surtout Aline ne s’imaginait pas que le raccordement pouvait avoir ce prix. Depuis une semaine, l’eau est là ! La lenteur du raccordement à l’eau et la sécheresse de 2018 n’ont pas permis à Aline d’implanter dès la fin de l’été 2018 comme elle espérait. Les investissements ont été de l’ordre de 20 000 € pour cette première année d’installation progressive.

Aline a fait le choix de ne pas faire ses plants car elle n’a pas le matériel adapté. Certains ont été achetés et d’autres ont été troqués en échange d’un coup de main au Conservatoire Des Plantes aromatiques et médicinales (où Aline a été saisonnière au printemps 2018, et où elle s'est depuis investie en tant qu’administratrice pour faire entendre la voix des paysan.ne.s en plantes aromatiques et repenser le plan stratégique).

Coté production, les planches de production sous serre et en plein champs se remplissent : menthe, thym, mauve, verveine, camomille... Les menthes sont bâchées pour l’année 1, ensuite la bâche sera retirée. Aline fait également de la cueillette de plantes sauvages : ortie blanche, ail des ours, sureau sont déjà passés par le séchoir. Elle espère produire entre 25 et 30 variétés de plantes à tisanes. Aline souligne à plusieurs reprises qu’il est compliqué en Ile-de-France d’avoir des données techniques en productions de plantes aromatiques du fait qu’il y a très peu d’installations en production principale en PPAM.

Et la commercialisation en AMAP en plantes aromatiques, comment ça se passe ? 

Idéalement Aline aimerait commercialiser la totalité de sa production en AMAP mais en étant réaliste elle a l’impression que ce ne sera pas réalisable dans l’immédiat. Elle imagine pouvoir vendre au début dans les marchés de noël et peut être en vrac dans certains magasins spécialisés.

Aline aimerait livrer trois fois dans l’année : automne, hiver, et printemps. Elle souhaiterait, en accord avec les groupes AMAP, que le principe de préfinancement soit mis en place et donc signer les contrats au printemps pour une première livraison à l’automne. Elle s’engage également à être présente au maximum lors des livraisons et à solliciter les amapien.ne.s pour venir à la ferme.

Pour soutenir son installation et sa production en année 1, Aline aimerait proposer des paniers « surprises », avec une valeur fixe mais dont le contenu serait fonction de la production de cette première année. Elle a déjà pu voir que certaines productions fonctionnaient mieux que d’autres. Il ne faut pas oublier que la première année rime également avec une meilleure connaissance de son sol, des besoins des plantes en eau, des conditions pédoclimatiques de la parcelle…

Aline proposera des contrats au choix dès cet hiver, pour les années suivantes. Les discussions avec certains groupes AMAP pionniers ont fait émerger l’idée de livrer les plantes en vrac, comme les légumes, et que l’ensachage puisse être fait par les Amapien.ne.s lors de la distribution: un gain de temps et de frais d’emballages pour la productrice qui se traduira très concrètement par un prix plus attractif.

Les premiers retours de certains groupes AMAP ont soulevé des questionnements inattendus sur le préfinancement, et le contenu surprise des paniers de plantes aromatiques. Aline reste très motivée et prête à faire visiter l’Enracinée pour que chacun.e découvre le projet et puisse être prêt.e à la suivre dans l’aventure des plantes à tisanes et aromates en AMAP.

Par Lucie, salariée du Réseau

À voir aussi

Les prochains rendez-vous

Les prochains rendez-vous

Nos formations, ateliers, évènements, ainsi que ceux de nos partenaires... Retrouvez ici toutes nos prochaines dates !