6 déc 2021

Portrait : Dikran Zakeossian et sa « liste AMAP »

Dikran est ingénieur agronome de formation, spécialisé dans l’évaluation des politiques publiques dans le domaine de l’agriculture. Il s’intéresse depuis vingt ans à l’agriculture durable et à toutes les façons de reconnecter les habitant.es à leur territoire. Il vient d’être élu maire de la commune de Moret-Loing-et-Orvanne (Seine & Marne) aux dernières élections de juin 2020.

Il y a une douzaine d’années, il est à l’initiative de la création d’un groupe AMAP dans son secteur, résultat de l’essaimage réussi du groupe qui s’était créé quelques années plus tôt dans la commune d’à côté. L’idée de départ, en s’associant avec le même maraîcher (Benoît Feller) était de constituer un groupe dans une commune plus peuplée (Veneux-les-Sablons) pour élargir la portée du partenariat. Un groupe se monte donc, se baptise Amaplanète et prend soin de se construire de la manière la plus ouverte et la plus ascendante possible, en évitant l’élitisme de l’entre-soi militant et en cherchant à préserver la diversité au sein d’une gouvernance collégiale. Impliquer un maximum de personnes pour pérenniser la structure et pour que chacun.e sente que c’est « son » association, voilà ce que vise le noyau dur fondateur. Les partenariats se multiplient, l’association se développe, en tentant toujours de comprendre le roulement de ses membres, en suscitant le dialogue avec les producteurs sur la question des prix et de la qualité des produits.

Il est temps d’aller plus loin et de toucher les gens plus fondamentalement encore par d’autres opérations que la distribution de paniers. En 2017, le Réseau des AMAP lance le projet « Ma cantine en AMAP » pour proposer à des écoles de construire des partenariats en direct avec des producteurs sur le modèle des AMAP (ce projet a donné lieu à une petite vidéo visible ici). Un des projets pilotes se déroule dans l’école d’Ecuelles, sur la commune de Dikran. L’AMAP entre au comité de pilotage et Dikran se joint aux réunions avec la casquette de parent d’élève. La mise en œuvre de ce projet, peu soutenu par la collectivité, est rendue possible par l’engagement bénévole de membres d’Amaplanète, qui assurent eux-mêmes les livraisons à la cantine. Et Dikran de constater que pour faire entrer des produits bio et locaux à la cantine, ce n’est pas la collectivité mais le tissu associatif local qui a été moteur. Et même si ce n’est qu’un cantine sur la dizaine que compte la commune, c’est déjà ça de fait !

Dans l’intervalle, cinq autres groupes AMAP se sont constitués sur le territoire, un magasin coopératif (sur le modèle de la Louve à Paris) et un magasin de producteurs.
L’heure est venue de faire monter l’idée d’un véritable projet alimentaire territorial pour généraliser l’expérimentation d’Ecuelles. L’échéance des municipales devient l’occasion de porter ce projet. Dikran participe à la création d’une liste citoyenne, qui recrute essentiellement dans les différentes associations locales. Sans étiquette, la liste de novices affrontent les notables encartés aux manettes depuis trente ans dans le coin. Pas de personnalités ni de marketing politique, mais une seule ressource : l’engagement sincère et désintéressé de citoyen.nes déjà mobilisé.es sur le terrain depuis des années et animé.es par la volonté de se montrer crédibles et légitimes. La campagne est très dure. Tous les moyens sont bons pour décrédibiliser ceux qui essaient de se démarquer et qui ont pris l’habitude de se présenter en précisant de quel groupe AMAP ils font partie. Rebaptisée par ses adversaires la « liste AMAP », c’est pourtant bien elle qui gagne, à une dizaine de voix près. Et avec elle, tous les principes de bon sens, de solidarité, de dialogue et de transparence qui caractérisent le modèle AMAP.

Aujourd’hui, la nouvelle équipe prend ses marques et pose les briques d’un futur PAT : elle s’est engagée sur un cheminement vers du 100 % bio et local dans toutes les cantines. Elle rendra donc compte de ce cheminement à mesure qu’il se déploie, avec des moyens humains restreints mais un engagement sincère et stimulant. Le projet d’une cuisine centrale est en discussion, parce que la restauration collective, pour Dikran et ses acolytes, c’est fondamental : pas seulement sur le plan nutritionnel ou sanitaire, mais en tant qu’outil puissant pour reconnecter une population avec son territoire.

On ne manquera pas de prendre des nouvelles de l’équipe municipale et de l’avancée de ses projets, et on ne peut que souhaiter que d’autres « listes AMAP » se constituent partout sur le territoire et prennent d’assaut les mairies, les régions, les départements pour réenchanter la politique locale.

À voir aussi

Les prochains rendez-vous

Les prochains rendez-vous

Nos formations, ateliers, évènements, ainsi que ceux de nos partenaires... Retrouvez ici toutes nos prochaines dates !