18 déc 2020

Portrait : Marie Proix, la fille du dernier des Mohicans

Dans le grand Nord, ce nouveau Far West, c'est l'heure de la reconquête. Les villes maraîchères, démantelées par l'étalement urbain et la prolifération des ZAC, se sentent revivre depuis que la relève arrive. Jacques Proix est issu d'une longue lignée maraîchère. L'expropriation vient stopper net la transmission. Délocalisé aux alentours du parc de la Patte d'oie à Gonesse, il se relance en herbes aromatiques et grandes cultures céréalières. Plus d'énergie pour les légumes. Sur les terres de ses ancêtres aujourd'hui, un Courtepaille et un KFC. Et dans sa ferme, plus de légumes depuis quinze ans, sauf pour un petit potager familial.

C'est là qu'arrive Marie. Elle était partie faire de la pub à Paris, mais ne supporte plus de travailler pour les géants qui enlaidissent les paysages et accaparent les terres agricoles.

Le grand projet fou d'Europacity a été officiellement abandonné, l'espoir pointe le bout de son nez. C'est le moment rêvé pour revenir faire des légumes avec le padre. Le padre quant à lui songe à transmettre, il se questionne. Le retour des enfants prodigues tombe à point. Alex, le frère de Marie, l'a rejoint dans l'aventure, même si celle-ci le tente un peu moins désormais.

Photographe auto-entrepreneur, il a pu donner un bon coup de main pendant le confinement (qui a empêché pas mal de cérémonies) mais il ne se voit pas vivre et travailler à long terme sur la ferme.

Reste Marie, qui raconte comment elle a arraché tout le thym, que son père vendait sur les marchés du coin pour amender le sol avec le fumier du centre équestre d'à côté. Les premières plantations ont eu lieu en janvier 2020 sur une parcelle de 1,25 hectares, premières récoltes en mai.

Au commencement, une simple vente à la ferme, qui bénéficie de l'absence de commerces de proximité dans le coin, entre un grand parc et une zone commerciale, et quelques livraisons à Paris pour des particuliers et pour l'ancienne agence de pub de Marie. Mais les livraisons, c'est chronophage (ensachage et transport) et trop aléatoire. Marie contacte Lucie, salariée du Réseau, et s'intéresse au modèle AMAP, séduisant et sécurisant.

Elle vient de faire affaire avec un groupe de Villiers le Bel, Archipel 95, en fonctionnement depuis deux ou trois ans. Elle évoque un coup de cœur mutuel. Les distributions n'ont lieu qu'une semaine sur deux, ce qui permet de mettre le pied à l'étrier en douceur pendant que Marie finit de se former.

Les membres du bureau de l'AMAP sont passés à la ferme, ont déjà proposé leur aide et se réjouissent des projets envisagés : Marie veut planter des fruits. Elle le sent bien donc et a envie de grandir avec ce groupe. Parce qu'au-delà des fruits, elle continue de rêver. Son grand projet : 7 hectares d’un seul tenant avec des légumes, des poules et un peu de blé pour faire du pain.

Il y a bien un terrain qui leur appartient, mais encore faut-il le récupérer, à l’issue d’une procédure en cours qui permettrait de l'inclure dans une Zone Agricole Protégée. Une protection juridique d'autant plus urgente que les menaces se multiplient, associant la convoitise des céréaliers qui veulent s'agrandir et des promoteurs qui veulent urbaniser.

Europacity n'est en effet que le dernier né d'une longue série de projets destinés à bétonner les terres fertiles de Gonesse. On attend encore une décision ferme pour sécuriser définitivement les terres agricoles. On peut se féliciter de l'abandon récent du projet de centre commercial, grâce à l'immense travail des associations locales, et notamment de CARMA, qui a mis en lumière la pratique des baux précaires. Mais le projet de construire une gare pour le Grand Paris Express, lui, n'est pas encore enterré.

Marie a l'avantage de sa jeunesse : elle aborde ces obstacles avec plus de légèreté, sans le poids du passé. Sa priorité dans l'immédiat : quitter le statut précaire d' « aide familiale » pour celui d'étudiante, le temps de se former, puis celui d'exploitante lorsqu'elle sera diplômée (en juin prochain si tout va bien) et qu'elle pourra intégrer l'EARL qui va se monter avec son frère et son père.

On souhaite longue vie au partenariat qui se noue aujourd'hui entre Archipel 95 et Jacques et Marie. Qu'il contribue à lier tous les îlots de résistance et de résilience des terres du Nord !

Par Maud, administratrice du Réseau

À voir aussi

Les prochains rendez-vous

Les prochains rendez-vous

Nos formations, ateliers, évènements, ainsi que ceux de nos partenaires... Retrouvez ici toutes nos prochaines dates !